¿Qué es AVAATE? | Contacto | RSS 2.0 | Mapa del sitio | | | Buscar

Asociación Vallisoletana de Afectad@s por las Antenas de Telecomunicaciones - AVAATE

Portada del sitio > Documentos > WiFi en Francia: La question du Wi-Fi est apparue nationalement, suite au (...)

WiFi en Francia: La question du Wi-Fi est apparue nationalement, suite au moratoire adopté par le Comité Hygine et Sécurité de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

Miércoles 16 de enero de 2008 · 1335 lecturas

Paris, mardi 15 janvier 2008
Communiqué de presse. La Ville de Paris pour le principe de dissimulation
La question du Wi-Fi est apparue nationalement, suite au moratoire adopté par le Comité Hygine et Sécurité de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
Le SUPAPA-FSU, aprs demande des personnels, est l’origine de cette décision.
Des études ont été demandées.
Ce matin, le Secrétaire Général de la Ville de Paris, M. Guinot Delery,- a remis un
premier document de résultats des organisations syndicales sauf au ......Supap-FSU !
Notre syndicat n’était visiblement pas le bienvenu pour parler du Wi-Fi dans les
bibliothques (contrairement de nombreux journalistes et institutions).
Cette méthode contraire l’esprit mme de la morale politique et démocratique est elle
une préfiguration de la position du Maire de Paris, M. Delanoë ?
La mise en pratique du principe de précaution voté par la Ville de Paris ne peut se faire
que dans la transparence et en présence des acteurs concernés.
Le SUPAP-FSU maintient la demande de moratoire, et le débranchement immédiat des
bornes Wi-Fi dans les établissements o des personnels ont déclarés des malaises, ce
qui implique aussi dorénavant les bibliothques Goutte d’or (18) et Fessart (19).
Contact
Marie Claude Sémel 01 44 70 12 80 supap-dac voila.fr
Agnes Dutrevis 01 44 70 12 80
Bertrand Pieri 01 44 70 12 80


PRINCIPE DE PRECAUTION ET DROIT D’ALERTE
Le point avant le CHS de la DAC
Ds le mois de septembre 2007, nous avons été alertés par des collgues
souffrant de divers malaises (une cinquantaine de personnes ce jour,
réparties dans 7 bibliothques). Ils s’interrogeaient sur la corrélation de ces
maux avec l’installation des bornes Wifi quelques semaines plus tt.
L’inertie incompréhensible du bureau des bibliothques (et du multimédia !!)
a obligé les personnels atteints se mobiliser et pour certains exercer leur
droit de retrait. Pour répondre une situation aussi préoccupante, nous avons
décidé de saisir le CHS. Le moratoire voté cette occasion a eu un
incontestable écho médiatique (radios, TV, Presse nationale et étrangre)* et
a permis d’ouvrir un débat de fond sur le développement des ondes
électromagnétiques. Ce sujet a été pris au sérieux par nombre de journaux,
télés, radios (pour le débat sur la blogosphre, tapez moratoire wifi ).
Notre position, en tant qu’organisation syndicale, est d’tre l’écoute des
personnels et de reconnatre leurs souffrances. Au-del de la vieille
confrontation entre les anciens et les modernes , nous avons un devoir
de vigilance et d’exercice du droit d’alerte. Notre méconnaissance technique
de départ, nous avons pu le vérifier, était la chose la mieux partagée. Ni les
médecins, ni les techniciens informatiques, pas plus que les fameux
spécialistes Wi-fi n’étaient compétents sur ce sujet. Il n’est donc pas
question de nous rejeter dans le camp des opposants au progrs, bien que la
confusion (parfois la calomnie) soit entretenue dessein. Les méthodes
détestables du Bureau des bibliothques qui visent préparer le branchement
des bornes mises hors tension en douce, créent une situation de trouble et
d’angoisse et cherchent initier une division entre les personnels. Nous
condamnons cette faon de faire, et nous le dirons publiquement lors du
CHS.
Il est utile de rappeler nos positions.

  • Pas de rebranchement des bornes wi-fi qui ont fait l’objet d’un moratoire
    tant que des études indépendantes et contradictoires n’ont pas eu lieu et que
    la preuve de l’innocuité de ces bornes n’ait été apporté (Le rapport de
    l’AFSSET sur ce sujet est attendu pour fin 2008).
  • Pas de bornes Wifi dans les sections jeunesses et proximité de ces
    sections.
  • Création de zones blanches dans tout les établissements.
  • Paramétrage des bornes : leur puissance, leur nombre de connexions
    simultanées, les heures de mises en service. Ces mesures sont nécessaires
    pour diminuer le facteur risque.
    (Notons que cette proposition, pourtant pleine de bon sens, était la condition
    pour la mise en service des bornes Wi-fi la Ville de Paris !! Ceci n’ayant
    jamais été fait, les bornes ont été installées la va-vite et sans réflexion
    préalable).
  • Transparence totale sur la puissance et la fréquence des rayonnements.
    Ce qui veut dire possibilité pour les personnels de vérifier les bornes et de
    couper leur fonctionnement en cas de problmes.
    UNE SOLUTION ALTERNATIVE EXISTE.
    Elle est défendue par diverses personnalités, c’est la connexion par cbles,
    c’est possible (d’ailleurs l’installation des bornes a nécessité un cblage
    préalable) et rend inutile toutes les mesures précédentes.
    Nous y sommes favorables.
    Le CHS fera peut tre un point sur la situation, nous en ferons comme
    d’habitude un compte-rendu.
    Le débat est désormais entre les mains des politiques et de la communauté
    scientifique.
    Pour notre part, nous continuerons faire ce qui nous semble juste pour
    l’intért des personnels.
    http://www.dacsupap.over-blog.org
    http://www.priaterm.fr
    http://www.agirpourlenvironnement.org
    http://www.next-up.org
    http://www.santepublique-editions.fr

Ver el documento original AQUÍ

Si quieres hacernos un comentario, por favor escribe un CORREO a avaate@avaate.org o utiliza este FORMULARIO DE CONTACTO. Muchas gracias.


Enviar un mensaje

Apoyo económico