¿Qué es AVAATE? | Contacto | RSS 2.0 | Mapa del sitio | | | Buscar
Asociación Vallisoletana de Afectad@s por las Antenas de Telecomunicaciones - AVAATE

Portada del sitio > Documentos > Libros de gran interés. Richard Forget (abogado): Le dossier noir du (...)

Pour les ftes expliquez pourquoi vous n’offrez pas un téléphone portable . . . plus, et encore plus!, En tant que parents faites acte de responsabilité.

Libros de gran interés. Richard Forget (abogado): Le dossier noir du portable

Informer des effets du portable et des antennes relais en faisant connatre ces livres, c’est protéger, mais aussi se protéger.

Domingo 17 de diciembre de 2006 · 2054 lecturas

Pour les ftes expliquez pourquoi vous n’offrez pas un téléphone portable . . . plus, et encore plus!, En tant que parents faites acte de responsabilité.
Informer des effets du portable et des antennes relais en faisant connatre ces livres, c’est protéger, mais aussi se protéger.
Les lecteurs changent leurs regards sur leurs portables.
Next-up totalement désintéressé vous en recommande la lecture,
et nous conseillons vivement tous les "acteurs" d’en prendre connaissance . . .
Vient de paratre,

Editions PHAROS - LAFFONT Editeur 19 TTC ISBN 2 7569 0066 4

"The black files on mobile phone" (book in French)
By Richard Forget

Will you stay quiete when you know that health of your children, of your parents, of your friends, of all of hose you meet each day is seriuosly at risk?
Hendred of research studies have shown important health risks in users of mobile phone and residents near base station relay antennas. Since 2000, the first cancers cases became apparent particularly for children. Researchers and doctors warned the public and asked for the precautionary measures priciple enforcement but the public authority lags behind.
At the favour of this book, you will :
- See how a technology can be developped without any prior research work on his health impact;
- know the real scientific reports;
- know all the testimonies;
- see in live the association’s fights;
know that insurers refuse to insure the sanitary dangers connected to mobile phone;
- and also, well understand how all this works.

Will the asbestos scandal be of no use ?
Autor : Richard Forget - Lawyer at Paris Court of justice.
An avocate active witness oft his new health scandal, disclose for you how here the precautionary measures are ignored, why and how research is manipulated, public opinion is slanted, medias are reduced to silence ...

Other book,
( in English )
Gerald Goldberg, MD
Would you put your head in a microwave oven ?

- click -

Santé publique édition

Deux autres livres présentent les résultats de cinq ans d’enqute menée par la journaliste d’investigation
Annie Lobé.

Ils contiennent des arguments pour vous permettre de comprendre et de faire passer votre message sur la dangerosité de la téléphonie mobile dans votre entourage familial, amical ou professionnel, ainsi que dans votre voisinage,
qui reste trop souvent incrédule face aux problmes causés par les antennes relais . .
jusqu’ ce qu’il soit lui aussi frappé par la maladie.

Ces livres sont faciles lire, y compris pour des non initiés, et se lisent rapidement.

Next-up en recommande vivement la lecture.

- Les jeunes et le portable : Alzheimer 35 ans ?
(préface du Dr Genevive Barbier)

- Téléphone portable : comment se protéger
(préface de Robert Masson)

Bon de commandes "spécial ftes"
pour avoir ou faire expédier ces livres dédicacés par l’auteur :
www.santepublique-editions.fr (cliquer)

Santé publique édition

Les jeunes et le portable : Alzheimer 35 ans ?

Ils en raffolent. Dorment avec lui, mangent avec lui. N’imaginent pas de vivre sans lui. 90 % des jeunes de 20 ans ne l’éteignent jamais, mme la nuit. 6,3 % des 8-10 ans sont équipés, un pourcentage qui passe prs de 25 % chez les 10-13 ans, pour qui il est "devenu indispensable". Entre 2 et 7 ans, 35 000 enfants en possdent. Quels seront les effets nocifs du téléphone portable sur leur cerveau et leur santé ? Relayant les premires alertes des scientifiques, ce livre s’adresse aux parents responsables qui y trouveront de (trs) bonnes raisons de mettre en pratique le principe de précaution.

Journaliste d’investigation scientifique, Annie Lobé enqute depuis 2001 sur la téléphonie mobile. Ses articles ont été publiés dans Sciences et Avenir, Notre Temps, Questions de femmes, Le Généraliste, Village Magazine, Nexus, Monsieur et Tribune Santé.

10 TTC, 96 pages, format 12,5 x 17,7 cm. ISBN 2-916653-00-7.

Préface

Par le Dr Genevive Barbier,
Coauteur avec Armand Farrachi de La Société cancérigne,
Éditions de La Martinire, 2004.

La grande majorité des 15-25 ans utilise un téléphone portable et les parents doivent s’incliner devant ce phénomne de société, sous peine de passer pour des ringards, des marginaux ou des tyrans.

Et pourtant, que savons-nous des effets de la téléphonie mobile sur la santé ?

En juin 2005, l’Agence franaise de sécurité sanitaire environnementale a demandé aux opérateurs de téléphonie mobile de ne pas cibler les enfants dans leurs campagnes de promotion, "compte tenu des incertitudes qui demeurent", et de renoncer provisoirement la fabrication et la distribution de téléphones portables destinés aux jeunes enfants.

Est-ce justifié ? Est-ce suffisant ?

Nous manquons cruellement de repres fiables sur les questions environnementales. Les agences officielles ont trop souvent cédé la tentation de rassurer la population : chacun se souvient de l’attitude des pouvoirs publics franais lors de la catastrophe de Tchernobyl, qui fait encore de nous la risée des pays européens.

Ce contexte justifie le rle irremplaable des associations et des particuliers dans le débat sur les questions de santé.

Journaliste scientifique, Annie Lobé nous livre les premires conclusions d’une longue enqute. Elle aborde dans un style simple et rigoureux l’impact des téléphones portables sur la santé de nos enfants et propose quelques pistes concrtes avec humour et bon sens.
Face des groupes d’intérts puissants et organisés, ce travail témoigne de tout le courage de son auteur, qui n’a pas d se faire que des amis, et qu’il faut saluer.

Quelques pages

Extrait du chapitre 4
Adolescents et jeunes adultes : fragiles, mais particulirement exposés

Les jeunes sont, de loin, les plus exposés au téléphone portable. Tout le monde le sait. Tout le monde en craint les effets.

D’aprs une étude réalisée en juin 2001 par le CRÉDOC (1), 84% des 18-25 ans étaient équipés d’un portable. Une enqute exploratoire réalisée dans deux lycées urbains de Moselle en mars 2002 auprs de 370 jeunes en classe de seconde, dont 89% avaient entre 15 et 16 ans, montrait qu’ils étaient équipés 88% (2).

L’engouement pour le portable commence tt : en 2004, 74% des 11-20 ans en possédaient un, ce qui représentait une progression de 7 points par rapport l’année précédente (3). En 2005, 95% des 15-24 ans ont un portable (4) et 90% des jeunes de 20 ans ne l’éteignent jamais, mme la nuit (5) !

Le problme est réel. Une étude, une seule, a été réalisée avec des rats "adolescents" exposés des téléphones portables. C’est le scientifique suédois Leif Salford qui en a eu l’idée : il voulait connatre les effets, sur les neurones des jeunes rats, d’une exposition de deux heures des débits d’absorption spécifiques (DAS) dix cent fois inférieurs au maximum autorisé pour les téléphones portables (0,2 et 0,02 watt par kilogramme dans l’expérience, contre 2 watts par kilogramme autorisés par les textes législatifs (6)). Les animaux n’ont été sacrifiés que cinquante jours aprs l’exposition.

Résultat : les cerveaux des rats exposés avaient un nombre significativement accru de neurones endommagés, que le chercheur décrit ainsi : "rétrécis, de couleur foncée, dépourvus de structure cellulaire interne discernable. Certains de ces neurones assombris présentaient des microvacuoles [cavités], indiquant un processus pathologique actif. (...) Ces neurones endommagés étaient visibles dans tout le cerveau, mais surtout dans le cortex, l’hippocampe et les noyaux gris centraux. Ils étaient isolés ou groupés, enchevtrés avec les neurones normaux. Le pourcentage de neurones anormaux culminait autour de 2%, sauf dans certaines zones restreintes o il dominait le tableau." (7)

Le comportement des animaux a-t-il été affecté, aprs l’exposition, par la neurodégénérescence révélée par l’autopsie cinquante jours plus tard ? Pas le moins du monde ! Pourquoi ? cause de la neuroplasticité. Lorsqu’un circuit neuronal est endommagé, un autre se met en place. Quand les symtmes de la maladie d’Alzheimer se manifestent, des zones entires sont déj "hors service". Le cerveau a déj épuisé toutes ses voies de recours. C’est la raison pour laquelle il est trop tard pour réagir.

Alzheimer ou le cancer du cerveau
pour tout le monde, ds 35 ans

Que conclut Leif Salford ? "Le cas du cerveau en développement mérite une attention spéciale de la part de la société, car les processus de maturation, en biologie, sont particulirement vulnérables. (...) Il se peut que les dommages neuronaux observés n’aient aucune conséquence immédiatement démontrable, mme s’ils surviennent de faon répétée. Cependant, long terme, ils sont susceptibles d’induire une réduction de la capacité de réserve du cerveau pouvant se révéler sous la forme d’une autre maladie neurologique ultérieure ou accélérer la détérioration liée au vieillissement. Nous ne pouvons pas exclure qu’aprs quelques décennies d’usage quotidien, toute une génération d’utilisateurs subisse de tels effets délétres ds l’ge mr." Alzheimer 35 ans grce au portable. Qui dit mieux ?

Le magazine Temps présent de la Télévision Suisse Romande a interviewé une dizaine de scientifiques pour diffuser, le 30 mars 2006, une émission intitulée :
"Téléphoner peut nuire votre santé", récapitulant les effets nocifs déj prouvés des téléphones portables. voir absolument !

Santé publique édition

Téléphone portable : comment se protéger

Le portable, c’est pratique, mais c’est dangereux. Comme l’amiante, sauf que nous y sommes toutes et tous exposés. Car un portable en veille émet en permanence des ondes imperceptibles qui traversent la peau et viennent modifier le fonctionnement de nos cellules. Et les micro-ondes émises par les portables sont mmes capables de passer au travers des murs.

Ceux qui se croient l’abri parce qu’ils ne s’en servent "presque pas" sont donc tout autant concernés que les "accros". Et que ceux qui "ne peuvent pas travailler sans" leur portable.

Quelle durée de communication ne pas dépasser ? Faut-il utiliser une oreillette ou un kit mains-libres sans fil ? Les "protections" collées sur les appareils sont-elles efficaces ? Comment se protéger en cas d’usage professionnel ? Les autres appareils sans fil sont-ils sans risques ?

Ceux qui veulent agir pour préserver leur santé et celle de leur entourage trouveront dans ce livre d’utiles conseils basés sur des faits scientifiquement prouvés et sur une enqute minutieuse.

Journaliste d’investigation scientifique, Annie Lobé enqute depuis 2001 sur la téléphonie mobile. Ses articles ont été publiés dans Sciences et Avenir, Notre Temps, Questions de femmes, Le Généraliste, Village Magazine, Nexus, Monsieur et Tribune Santé.

17 TTC, 267 pages, format 14 x 20,5 cm. ISBN 2-916653-01-5.

Préface

Par Robert Masson*

Dans la santé, il y a la part de l’inéluctable, de l’"imposé", du génétique, mais il y a aussi l’immense importance du libre choix, de la décision de l’individu. Dans le domaine qui est le ntre, la diététique et l’hygine vitale, plus d’un demi-sicle nous a appris que la santé dépend de nos choix délibérés de telle ou telle alimentation, tel ou tel mode de vie.

Mais parfois, malgré des choix logiques et judicieux, les résultats ne sont pas la hauteur de nos efforts. Il n’y a pas mystre cela, tout simplement le fait que certains facteurs portant atteinte notre santé, notre vie, n’ont pas été souponnés.

C’est pourquoi nous sommes heureux de faire cette préface Annie Lobé qui, avec rigueur et patience, a mené une investigation claire et circonstanciée sur les rayonnements magnétiques pulsés, dont l’importance dans l’altération de la santé de tous est combien ignorée et sous-estimée.

Nous souhaitons ce travail tout le succs qu’il mérite et toute la diffusion nécessaire.

C’est tout simplement l’intért public et l’avenir de l’humain qui se joue ici.

* Directeur du CENA, Centre européen de naturopathie.
Ex-enseignant la faculté de médecine Paris XIII,
département naturopathie.
Prix international de l’académie diplomatique de la Paix.
Auteur de Diététique de l’expérience et du Précis de pédiatrie
naturopathique (Guy Trédaniel éditeur, 2005 et 2006).

Quelques pages

Chapitre 1
Un instinct de survie bien développé

Aprs la lecture d’un article expliquant les méfaits des téléphones portables sur le cerveau (1), Jérémy, 16 ans, a immédiatement mis son portable en panne pour tre sr de ne jamais plus s’en servir.

Comment ? Tout simplement en appuyant simultanément sur plusieurs touches jusqu’ ce qu’il se bloque.

Rares sont les personnes dotées d’un instinct de survie aussi développé.

" Arrter compltement le portable, moi ? Jamais !" Si c’est ce que vous pensez, vous tes fin prt(e) pour ce livre.

Pendant ces cinq dernires années, j’ai parlé des dangers du portable avec de parfaits inconnus dans le métro, en train, chez les commerants, dans la rue, partout. Cela m’a permis d’observer les réactions de plusieurs centaines de personnes.

Les utilisateurs rencontrés se répartissent en six catégories :

1. Les insouciants : ils ne pensent pas que leur téléphone est dangereux et cette question ne les intéresse pas.

2. Les inconscients : ils n’ont jamais entendu parler de rien. Leur premire réaction en entendant que leur portable peut avoir des effets nocifs est la surprise, suivie par l’inquiétude. Les enfants et certains adolescents sont dans ce cas.

3. Les informés : ils sont conscients du danger, mais sans trop y croire. Ils ont lu ou entendu quelque chose ce sujet, mais n’ont pas modifié leurs habitudes pour autant.

D’autres informés (ou croyant l’tre) sont absolument certains de l’absence de nocivité de leur portable. Un sourire condescendant apparat sur leurs lvres quand vous leur affirmez le contraire.

4. Les impavides (2) : ils pensent qu’un danger existe, mais sont persuadés qu’eux-mmes n’ont rien craindre. Ce sont généralement des personnes en excellente santé, " jamais malades" .

5. Les méfiants. Ils laissent leur portable éteint la plupart du temps, ne le portent jamais sur eux. Parmi eux, trois utilisateurs seulement avaient compltement arrté le portable en se débarrassant purement et simplement de leur appareil. Deux autres avaient arrté de s’en servir en le conservant "au cas o" , comme d’anciens fumeurs garderaient quelques vieux mégots en réserve pour le jour o l’envie de replonger deviendrait intenable.

6. Les désabusés. Ils "savent" que leur portable finira par les tuer et cela ne les dérange pas le moins du monde.

Quand je demande aux rares irréductibles pourquoi ils n’ont pas et n’ont jamais eu de portable, ils répondent laconiquement : "Parce que je n’en ai pas besoin" ou "Parce que je n’aime pas avoir un fil la patte" . Helga, 54 ans, m’a étonnée en répondant du tac au tac : "Par instinct." Jérme, 26 ans, n’en veut pas et résiste cette acquisition. Il subit une forte pression de son entourage : en guise de cadeau d’anniversaire, il s’est vu offrir... un téléphone portable !

L’engouement pour cet objet vient de ce qu’il comble deux facettes essentielles de la psyché humaine que sont la soif de reconnaissance et la peur de l’abandon. Tel un cordon ombilical, il constitue un rempart contre la solitude. Un rempart si épais qu’il en devient parfois difficile traverser. On a du mal réprimer un sourire en voyant des gens debout dans la rue, ou assis seuls la terrasse d’un café, absorbés par une communication animée avec un interlocuteur invisible. Ou encore deux amis qui partagent la mme table de restaurant mais pas la mme conversation, chacun étant au téléphone avec un absent.

Combien étonnante est l’observation, dans le métro parisien ou le TGV, de personnes de tous ges serrant leur téléphone portable entre leurs doigts comme un enfant craintif tient son doudou. Certains le regardent, tapotent ses touches sans raison apparente, le caressent. D’autres le frottent machinalement sur leur menton, leurs joues ou sucent le bout de l’antenne. Jacques Citerne, un chercheur qui a suivi les travaux de conception du GSM (3) dans les années 1980 (CNRS de Paris et INSA de Rennes), est un utilisateur de longue date. Incapable de se souvenir de l’année de sa premire utilisation, il conclut par une pirouette : "J’ai l’impression d’avoir toujours vécu avec."

Ce qui n’est en définitive qu’un objet a été élevé au double rang d’organe corporel et d’alter ego.

Les mises en garde contre les possibles effets nocifs de cet appareil technologique sont fréquemment mal reues : "Il faut bien mourir de quelque chose !" s’exclament ceux qui n’envisagent plus de vivre sans lui, pour justifier leur attachement. Autrement dit, ils sont prts perdre la vie par amour pour leur portable. Malheur qui tenterait de les en séparer : ils seraient prts lui arracher les yeux !

Si une lance était pointée quelques centimtres d’eux, leur instinct de survie entrerait immédiatement en action : leur cerveau commanderait de s’enfuir ou d’attaquer pour échapper la mort. Mais, comme les accros du tabac, bon nombre d’adeptes du portable accueillent l’idée d’tre tué par lui plus sereinement que la perspective de cesser de l’utiliser.

Comme si leur instinct de survie avait été, en définitive, la premire victime de leur téléphone portable.

Santé publique édition

Ces livres d’Annie Lobé sont disponibles chez l’éditeur.
Santé Publique Edition

Bon de commandes "spécial ftes"
pour avoir ces livres dédicacés par l’auteur :

www.santepublique-editions.fr (cliquer)

Ver la información original y más libros de gran interés AQUÍ